Jackie

Portrait de Jackie, écrit par Nathalie le 1er juin 2009

« J’ai besoin de votre amour »

Jackie

Jackie

Jackie aime l’anglais, les voyages, les  rencontres, et l’inconnu. Jackie adore par dessus tout, son mari, ses enfants et, maintenant, ses petits-enfants.

 

Elle est convaincue que  son cancer est né en 1992 dans une chambre d’hôpital.  Son fils, Sébastien, vient d’avoir  un accident de moto. Son bras gauche ne bouge plus. « C’est là que mes cellules sont devenues  folles !  Mon squelette s’est figé;  je lui ai dit : pourquoi, c’est pas moi ? Il m’a répondu : parce-que c’est  MOI qui étais sur la moto. Je ne pourrai plus pincer les fesses des filles, mais c’est pas grave,  je ne l’ai jamais fait ! ». Jackie sourit. Son fils est devenu avocat et a gardé son humour. Une marque de fabrique familiale  inscrite sur son état civil. Sébastien a pour second prénom Progestérone. L’hormone qui a permis à ses parents de le mettre au monde.  « Je suis fière de mes enfants. Sébastien est avocat, il défend les hommes. Caroline est une spécialiste dans le traitement des eaux. Elle défend la planète ». Jackie est une passionnée du monde. Persuadée de n’être « qu’une petite chose » dans un Grand Schéma .

« Les choses n’arrivent jamais au hasard. Il suffit d’écouter  ce qui se passe autour de soi, d’être toujours à l’écoute des autres ».  Une conviction qui a sans cesse  guidé sa vie. Assise dans son canapé, maquillée, habillée de rose pâle et les yeux pétillants, elle regarde vers la mezzanine où est penché son mari.  « Lui, je savais que c’était l’homme de ma vie, mais il ne le savait pas. Quand je suis revenue après deux ans aux Etats-Unis,  je lui ai laissé une demi-journée pour décider de m’épouser. Il m’a demandé un délai de réflexion. Le soir, c’était oui ». Et aujourd’hui, il est « son merveilleux psychologue », celui qui la regarde « alors qu’à poil, je suis hideuse. Comment fait-il pour me faire l’amour et m’aimer encore ? ». Jackie éclate de rire. Elle traite son cancer de « saloperie et d’Alien » . Des mots sans colère. Ils claquent. Ils mènent la bataille. Ils vont droit au but.  « J’ai eu une ablation du sein,  j’ai pris des kilos, je ne reconnais plus mon corps mais je suis vivante. Je suis aimée et j’ai besoin de cet amour. Dés que j’ai su que j’avais un cancer, j’ai envoyé un mail et téléphoné à mes amis en leur disant que j’aurai besoin d’aide, besoin d’eux, besoin de leur amour ».

Le téléphone sonne. Jackie décroche, plonge dans l’anglais, écoute et  s’émerveille  « Ah, that’s a great thing !», et envoie , au-delà  de l’Atlantique : « Have a nice day ! »

Jackie découvre son cancer à  62 ans en mars 2008.

Nathalie Bagdassarian

Nathalie Bagdassarian, une journaliste dans l’équipe…

Pour présenter les auteurs du blog, nous avons fait appel à une journaliste professionnelle, Nathalie Bagdassarian. Nathalie travaille pour la radio France Bleu Pays Basque, elle présente le journal. Elle est membre actif de l’association « Mieux vivre mon cancer » et  accepte de mettre ses talents de journaliste au service de l’association. C’est elle qui redige les portraits des membres de « Mieux vivre mon cancer » avec son ressenti de journaliste, son coeur et ses émotions…