L'actu cancer au Pays Basque

Les mots de celles qui sont « passées par là »

Octobre Rose : la manifestation nationale de lutte contre le cancer du sein. L’association Mieux vivre mon cancer la relaie. Au quotidien, elle développe le concept de « coach ».

Corine partage son expérience de la maladie et jugule ainsi des inquiétudes. Photo Patrick Bernière
Corine partage son expérience de la maladie et jugule ainsi des inquiétudes. Photo Patrick Bernière

Auteur : Pierre Penin dans  le journal Sud Ouest du 05 octobre 2011

Article Sud Ouest

Corine est « devenue mortelle » un jour de 2006, « tout d’un coup ». Cancer du sein : le diagnostic s’est abattu, violent. « Jusque-là, je me sentais invulnérable. » Josy raconte le même basculement. Elle a ressenti le même désarroi des premiers temps. « Sauf qu’à la différence de Corine… j’avais Corine », témoigne Josy. Quelqu’un « passé par là », à qui parler, poser des questions. Corine assume régulièrement ce rôle que l’association Mieux Vivre Mon Cancer désigne par l’anglicisme « coach », « même si nous ne sommes pas sûres que ce soit le bon mot ».

C’était la veille d’un beau voyage. « On devait partir dans un pays en voie de développement. On a fait un petit  »check-up » avant le départ. C’est là que j’ai su. » Par hasard. « Surtout, dites bien qu’il faut absolument faire des dépistages. » Josy sacrifiait à ces examens réguliers. En 2008, l’un d’eux révèle une tumeur. « C’est le ciel qui vous tombe sur la tête. Tout s’accélère. » Corine : « Vous ne vous sentez pas malade et voilà que vous découvrez que vous l’êtes et que vous pouvez en mourir. Tous vos projets tombent à l’eau. En quinze jours vous avez commencé la chimiothérapie, vos cheveux tombent, votre rapport aux autres change… »

« J’ai su où j’allais »

Josy a passé une frontière. « J’avais le sentiment d’être d’un côté et que les autres étaient de l’autre. Je suis sortie de la vie, en quelque sorte. » Corine acquiesce et illustre : « Quand on vous annonce la maladie, vous avez l’impression d’être une grosse tumeur ambulante. »

D’amitié en amitié, Josy arrive jusqu’à Corine. À l’époque, celle-ci a passé le plus rude de l’épreuve, avance vers la rémission. Tout ce que Josy allait vivre, Corine l’avait vécu. « Grâce à elle, j’ai su où j’allais, explique Josy. C’est énorme. » Surtout, elle, qui s’imaginait « toute décatie », voit devant elle une Corine « pimpante », incontestablement vivante. « De la voir comme ça, j’ai pu me projeter. » « Je connais ça, enchaîne Corine. Moi aussi, j’ai rencontré quelqu’un qui était sorti du cancer. Et je me suis dit que je pouvais être comme elle, dans quelque temps. » Là a germé l’idée des « coaches » au sein de l’association.

La valeur du jour

Corine définit l’idée d’une métaphore : « Ouvrir un chemin connu ». Le « coach », disponible pour toutes les interrogations, éclaire au rythme de celles-ci les zones inconnues. « Le médecin vous explique tout, mais il est dans un rapport plus technique. Quand il vous dit que tel ou tel symptôme n’est pas grave, vous ne savez pas si c’est au regard de tout ce qu’il voit dans son métier et qui est plus terrible encore. Et puis vous ne pouvez pas le déranger pour la moindre inquiétude. » Corine se souvient par exemple de ce coup de téléphone catastrophé. Au bout du fil, une dame qui, après l’opération d’un sein ne sentait plus son bras. « Elle avait peur de l’avoir perdu. Je l’ai rassurée. Je lui ai dit que ça m’a fait la même chose et que ça s’est arrangé. »

Josy, un instant, a cru Corine folle. « Elle m’a dit qu’on peut faire quelque chose de positif de son cancer. J’ai fini par comprendre. Aujourd’hui, je goûte vraiment chaque jour. Je ne suis pas toujours dans le jour d’après, à oublier de vivre. » Corine lui a dit aussi que la maladie n’interdit pas de vivre. « Moi, j’ai fait trois voyages l’année où j’ai été malade. » Mieux Vivre Mon Cancer veut développer, structurer, les « coaches », « sans jamais empiéter sur le domaine médical ». Peut-être intégrer le regard de professionnels, psychologues ou infirmières.

Discussion

10 comments for “Les mots de celles qui sont « passées par là »”

Post a comment