vie

Ce tag est associ avec 6 posts

Quand le cancer vient chambouler le travail …

photo Sud Ouest  Article : http://www.sudouest.fr/2015/02/05/travailler-avec-un-cancer-1820642-4018.php Lorsque l’annonce du cancer arrive, les malades, les collègues, l’équipe d’encadrement et les dirigeants d’entreprises sont désarmés. L’Humain et l’Économique doivent faire bon ménage… oui mais comment ? Est-il possible de continuer à travailler pendant le traitement? Comment gérer le regard des autres, les relations interpersonnelles et professionnelles ? […]

Le hasard de la vie

Injuste. Jamais, à aucun moment, pas une minute, pas une seconde, Isabelle n’a pensé que son cancer était un maudit sort du destin. Le mauvais tirage de la vie. Un jeu qui vire au cauchemar.

Art & Cancer : « Ma peinture reflète mes états d’âme »

Itziar ISASTI est une artiste peintre généreuse et engagée. Un petit bout de femme, courageuse, sensible et pleine d’énergie. Elle s’engage aux côtés de notre association pour monter un projet collectif autour de l’Art et du cancer au Pays Basque.
La vie d’Itziar n’a pas toujours été un long fleuve tranquille.

Ce n’est pas de moi dont on parle, ce n’est pas de moi dont il s’agit…

L’annonce de mon cancer a eu l’effet sur moi d’un véritable cataclysme. Je me suis crû avoir été projeté dans un cauchemar dont je voulais absolument sortir, sauf que… Longtemps, il m’a semblé que ce n’était pas de moi dont les médecins parlaient, qu’ils avaient sûrement mélangé les dossiers, qu’ils allaient finir par s’en rendre compte et retrouver le mien, le bon et que le cauchemar serait fini…

« Je me respecte maintenant »

Sabine a appris qu’elle avait un cancer en février 2008. Elle avait 42 ans . « C’est un cancer » lui annonce-t-on « Vous en êtes sûr ? » demande-t-elle groggy. « Aucun doute ». Réponse impossible à entendre. Une ligne oblique dans la vie de Sabine. Frontière « d’un avant et d’un après » reconnaît-elle paisible et sereine. Avant, Sabine ne pouvait « vivre qu’à cent à l’heure, toujours à la recherche de défis, je ne m’écoutais pas ».

La chute des cheveux : une étape moins difficile que prévue

Si j’ai bien vécu cette étape, c’est peut être parce que je savais que c’était du provisoire. « J’allais pouvoir repeigner mes cheveux d’ici quelques mois ». Contrairement à la perte de mon sein, que j’ai perdu à vie.